Jump to content


Photo
- - - - -

Fundamentalism?


  • Please log in to reply
No replies to this topic

#1 Emiel Claeskens

Emiel Claeskens

    Junior Poster

  • Members
  • Pip
  • 11 posts

Posted 26 November 2012 - 09:42 AM

Quant au problème du fondamentalisme,il faut bien comprendre qu’il est directement lié avec les questions débattuespendant ce colloque. En effet, pendant que les rencontres préconciliaires semultiplient d’année en année, pendant que nous, nous sommes ici réunis pouressayer de comprendre les enjeux du prochain concile de l’Eglise orthodoxe, lecamp fondamentaliste et anti-œcuménique orthodoxe, qui se renforce de jour enjour, se mobilise et intensifie son combat afin « de mettre unefin », comme il dit, « à la trahison de l’Orthodoxie et à sa dériveœcuméniste ». L’exemple de la fameuse « Confession de la foiorthodoxe » est très caractéristique à cet égard. […] Ce à quoi nous appellent les groupesfondamentalistes, ce n’est pas seulement l’hostilité à toute idée ou tentativede rapprochement avec les autres chrétiens ; c’est aussi à ladésobéissance ecclésiastique, à l’interruption des liens canoniques avec lesévêques et les autorités ecclésiastiques en place, lorsque, selon leur avis,ces évêques ou ces autorités « se trouvent dans l’hérésie etl’apostasie ». Dans les circonstances actuelles, ilest bien clair, à notre sens, qu’aucune décision synodale même panorthodoxe,que ce soit au sujet du calendrier commun, du jeûne, de la reconnaissance dubaptême des autres Eglises chrétiennes, de la soi-disant diaspora etc, nepourra pas être acceptée dans la pratique, si elle n’obtient pas au préalablel’aval de ces mouvements ultra-orthodoxes, tant que ces mouvements continuerontà exercer une sorte de tutelle spirituelle et ecclésiale sur les orthodoxes departout dans le monde, une sorte de juridiction universelle par dessus lesEglises locales. Il est temps, kairos,pour nos responsables d’Eglise et pour nous tous, d’en finir avec cettecaricature de fidélité à la tradition, ces ayatollahs orthodoxes qui se croientresponsables pour l’Orthodoxie toute entière et qui, tout en dénonçant le Papede Rome pour ses prétentions à la primauté et à une juridiction universelle,font exactement ce qu’ils reprochent, toutefois non en tant qu’individus maisen tant que collège des gerontas, commemagistère des pères spirituels lesplus illuminés !

This is a part of the concluding reflections of pantelis Kalaitzidis at the colloquium held in Paris, st serge, in preparation of the panorthodox Council.
I find it quite strange that he concludes his text in this rather negative way. He gives the impression that "gerontas" by definition are fundamentalists. Now it appears to me that the term "fundamentalist" is more and more used as a way of making someone harmless, as indicating that he is irrelevant. In general, my impression is that gerontas have a high esteem in Orthodoxy. So how do we have to interprete this text? Does the autor represent a rather rational way of thinking which is not really in line with the Orthodox approach of faith? Or does he point to a real problem: some gerontas who are in fact extremists? I can imagine that there has always been a certain tension between the institutional element in the Church, and the charismatic or pneumatological, but does the author here go too far?





0 user(s) are reading this topic

0 members, 0 guests, 0 anonymous users